Coronavirus : les employeurs doivent se préparer

Le coronavirus (COVID-19), une maladie qui attaque les poumons et les voies respiratoires, a touché environ 78 000 personnes en Chine, a balayé l’Italie et continue de se propager.

Martha McKinley, avocate en droit de l’emploi et associée principale chez Stephensons Solicitors LLP, met en garde les employeurs contre les procédures légales et de santé et de sécurité pour les employés au cas où ils avaient besoin de traiter des cas.

Risque pour la main-d’œuvre britannique

Le NHS affirme que les médecins en chef du Royaume-Uni ont augmenté le risque pour le public de « faible » à « modéré ». Mais le risque pour les individus reste faible.

Il est conseillé si vous avez des symptômes, qui comprennent une toux, une température élevée et un essoufflement et ont visité Wuhan ou la province du Hubei en Chine, Iran, nord de l’Italie, Corée du Sud et d’autres régions de l’Extrême-Orient dans les deux dernières semaines pour appeler 111.

Le virus se transmet dans les gouttelettes de toux et il est conseillé aux employés d’éviter les germes en couvrant leur bouche et leur nez avec un tissu ou un manchon lorsqu’ils toussent ou éternuent, mettent les tissus dans le bac après utilisation, se lavent les mains et évitent tout contact avec les personnes touchées.

Plans d’intervention d’entreprise

Il est judicieux pour les entreprises britanniques d’examiner l’impact qu’une épidémie de coronavirus pourrait avoir sur son personnel et ses opérations de façon plus générale et d’avoir mis en place un plan d’intervention. Si les gestionnaires sont confrontés à des employés qui ne sont pas bien ou qui s’inquiètent d’une infection possible, une politique d’entreprise bien préparée signifie qu’ils se sentent confiants dans l’offre de la bonne réponse et sont perçus comme restant calmes.

Travailler à domicile

Demander au personnel de travailler à la maison est une option pratique si vous êtes un employé de bureau. Cela dépend évidemment de la nature d’une entreprise et la possibilité de propagation de l’infection. Dans certaines industries, comme le secteur des soins, cela ne sera pas possible compte tenu de la nature du travail effectué.

Si le travail à domicile est une option, cela devrait être envisagé si un membre du personnel est mis en quarantaine, mais est toujours en mesure de travailler, ou est un employé vulnérable, par exemple s’ils sont enceintes ou à un risque plus élevé d’infection. Il est important de noter que le travail à distance est à la discrétion de l’employeur, car légalement, ils n’ont pas à être offerts.

Responsabilités juridiques

Les employeurs ont l’obligation primordiale de prendre des mesures raisonnables pour protéger leurs employés pendant qu’ils travaillent, c’est une responsabilité implicite. En plus de cette obligation sont les pièces pertinentes de la législation sur la santé et la sécurité qui offrent également une protection aux employés.

Un employeur s’attend à des mesures de précaution raisonnables lorsqu’il examine la santé de ses employés. Les lignes directrices pertinentes de l’ACAS stipulent qu’il n’y a pas de droit légal aux congés de maladie payés pendant que le personnel est mis en quarantaine, mais qu’il n’est pas vraiment malade. Un employeur peut vouloir tenir compte de son obligation envers d’autres membres du personnel et accepter de payer les employés mis en quarantaine afin de réduire le risque de propagation d’un virus.

Lorsqu’une entreprise est forcée de fermer

Dans certaines industries, il y aura une clause de « mise à pied » dans le cadre d’un contrat de travail, qui est une disposition conçue pour faire face à une situation dans laquelle un employeur ne peut pas fournir un emploi à un employé, par exemple, une usine peut être forcée de fermer.

Ces clauses sont conçues pour faire face à des situations temporaires et peuvent soutenir les employés pendant qu’ils sont « mis à pied » sans salaire, mais si un contrat ne contient pas cet arrangement, et qu’il n’y a pas d’accord syndical correspondant, alors un employeur devra toujours payer du personnel même si une entreprise ne peut pas fournir de travail.

Il est important que les employeurs rédigent et modifient leurs politiques et qu’ils aient un plan d’intervention en place autour des pandémies à la suite du coronavirus, afin que le personnel comprenne leurs droits en matière de santé et de sécurité et que la propagation de virus hautement contagieux puisse être contrôlée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *